Cher soleil,

Je crois que vous n'imaginez pas à quel point vous nous avez manqué ! Nous qui faisons tellement partie de la nature. Votre absence a été douloureuse et j'ai senti hier, mon corps se laisser caresser par votre chaleur. Je l'ai senti se relâcher pour vous laisser l'imprégner. Il voulait se remplir de vous. J'ai vu les sourires changer, j'ai vu que les fleurs n'étaient pas les seules à s'épanouir. Ne partez plus aussi longtemps ! J'ai besoin de vous.

image

Lundi 15 avril, midi 10

 

Les fenêtres s'ouvrent, la maison aussi a besoin de sentir cette nouvelle chaleur. Des pâquerettes ont poussé par centaines, bientôt, il faudra tondre. Quelques meubles de jardin sont sortis, il y a eu le premier déjeuner dehors. Et des goûters aussi ! Il y a même eu des pieds dans l'eau de la piscine... Je t'aperçois enfin, Printemps !